Droits de succession & de donation, quel barème pour 2020 ?

calcul des droits de succession
Calcul de droits de succession

Le barème des droits de succession et de donation pour l’année 2020 ne diffère pas de celui de 2019. Le pourcentage appliqué en matière de droits de succession et de donation va dépendre du lien de parenté établi vers le donneur ou la personne décédée. Un lien de parenté plus ou moins éloigné.

Continuer la lecture

Connaissez- vous vraiment le montant de votre patrimoine immobilier ?

Selon le site france-inflation.com, un appartement parisien type T4 acheté 200 000 euros dans de l’ancien en 1999 serait estimé aujourd’hui à environ 690 000 euros. Un appartement acheté il y a 20 ans à Paris n’a plus vraiment le même prix sur le marché de l’immobilier. Ceci étant valable pour bon nombre de grandes métropoles françaises, en 2019, certaines villes de province affichaient encore une progression de plus de 10% sur le prix du mètre carré.

Continuer la lecture

Inhumation ou crémation, quelles différences ?

Inhumation ou crémation, quelles différences ? Ici un cimetière avec des tombes, on y trouve aussi des jardins du souvenir.
Photo MabelAmber

Inhumation ou crémation ? Il peut s’agir d’une démarche personnelle et réfléchie avec une souscription de convention d’obsèques qui réglera pour les héritiers le problème du choix. Il est également possible d’informer ses proches avant ou de souscrire au service « Mes volontés » qui permet d’exprimer en toute sécurité ses souhaits concernant ces démarches sensibles.

Mais lorsque la famille n’est pas préparée à ce choix, il faut se prononcer pour une solution appropriée, d’un point de vue familial, financier et émotionnel.

Voici la liste des différences entre l’inhumation et la crémation afin de bien intégrer ces deux pratiques funéraires dans leur aspect technique, psychologique et culturel.

Continuer la lecture

Comment déshériter ses enfants ?

La question peut paraître brutale, à la limite du tabou. En France, l’héritage est une sorte d’institution, une affaire de famille digne des plus grands feuilletons à rallonge. La France est un pays de droits et hériter en fait partie. On ne peut pas déshériter ses enfants. Mais s’il existe des lois qui protègent les héritiers potentiels, il existe aussi des démarches qui peuvent inciter les donateurs à s’organiser pour donner moins, ou pas du tout.

Pourquoi déshériter ses enfants ?

Il faut bien distinguer l’héritage qui est le patrimoine qu’une personne est supposée laisser après sa disparition, et ce même patrimoine dont elle peut disposer comme bon lui semble tant qu’elle est encore de ce monde.

Il peut y avoir un nombre incommensurable de raisons (bonnes ou mauvaises) pour ne pas avoir envie de laisser en héritage à ses enfants les biens que l’on a réussi à amasser tout au long d’une vie. Biens immobiliers, livrets d’épargne, or, bijoux, art, les complications en matière de successions sont souvent proportionnelles au montant final.

Certains parents ne souhaitent pas que leur patrimoine atterrisse sur le compte bancaire de leur gendre ou de leur bru avec qui les relations ont toujours été plus que compliquées. D’autres estiment que leurs enfants ont déjà une existence assez confortable et que leur argent pourrait être utile à d’autres causes.

Enfin, il existe bon nombre de familles où les relations ne sont pas au beau fixe, où les non-dits ont laissé la place à la colère, la tristesse et la rancune. Décider, pour X raisons, de « sanctionner » ses enfants en leur signifiant qu’ils n’auront pas le patrimoine sur lequel ils comptaient, c’est aussi une façon d’imposer son bon droit post mortem.

Chaque démarche reste personnelle et recèle des motivations qui doivent s’accompagner d’une absence de jugement.

Héritage : ce que dit la loi

En France, la loi est catégorique : il n’est pas possible de déshériter ses enfants. Il faut cependant apporter une nuance non négligeable à cette affirmation : il n’est pas possible de déshériter totalement ses enfants. On peut donc les déshériter partiellement c’est à dire ne leur apporter qu’une partie de l’héritage auquel ils auraient souhaité prétendre. Grâce à l’utilisation de la quotité disponible, il est possible d’avantager un enfant par rapport à un autre, et de favoriser un parent, une personne extérieure à la famille, une institution …

Tout ceci se résume dans l’article 912 du code civil :

« La réserve héréditaire est la part des biens et droits successoraux dont la loi assure la dévolution libre de charges à certains héritiers dits réservataires, s’ils sont appelés à la succession et s’ils l’acceptent. La quotité disponible est la part des biens et droits successoraux qui n’est pas réservée par la loi et dont le défunt a pu disposer par des libéralités. »

En d’autres termes : un héritage se compose d’une réserve héréditaire à laquelle le ou les héritiers peuvent prétendre. Dans le cas d’un enfant, il aura le droit à la moitié du patrimoine. Dans le cas de deux enfants, ils auront le droit chacun à un tiers du patrimoine. Trois enfants (ou plus) se partageront, au minimum, les trois quart du patrimoine.

La part restante est appelée « quotité disponible » et chaque parent peut décider lors d’un testament de léguer cette part à qui il l’entend.

Les solutions légales

Outre l’utilisation de la quotité disponible, il existe d’autres procédés bien légaux pour répartir son patrimoine comme on l’entend.

L’assurance-vie reste le moyen le plus simple pour transmettre son patrimoine à qui on le souhaite en évitant les frais de succession.

Enfin, il est aussi possible de laisser à ses enfants des dettes plutôt qu’un patrimoine ( ce qui les contraindra de renoncer à l’héritage ! ). Ou encore de profiter allègrement de sa retraite en se servant dans le capital jusqu’à épuisement !

Ils ont décidé de ne pas transmettre (tout) leur patrimoine 

Sting, l’ex-chanteur du groupe The Police, a déjà réglé ses dernières volontés : il refuse de transmettre la totalité de sa fortune à sa progéniture (estimée à plus de 180 millions de Livres Sterling, soit plus de 229 millions d’euros). Si ses enfants désirent vivre confortablement, alors il faudra qu’ils gagnent leurs revenus à la sueur de leur front.

Dans un registre un peu plus altruiste, on retrouve le mouvement lancé par Bill Gates, PDG de Microsoft et Warren Buffett, homme d’affaires américain. La campagne intitulée «The Giving Pledge» (traduire par «la promesse de don ») incite les plus grandes fortunes des Etats-Unis à faire preuve de philanthropie. Ainsi, Bill Gates ne laissera « que » 10 millions de dollars à chacun de ses enfants (soit environ 9 millions d’euros). 95% de sa fortune sera redistribuée à des associations humanitaires.

Depuis peu, Bill Gates a rallié à sa cause bon nombre de grandes fortunes américaines, telles que le réalisateur Georges Lucas, Mark Zuckerberg (le fondateur et PDG de Facebook) ou encore Tim Cook, CEO d’Apple, célibataire et sans enfants, et dont la fortune est estimée entre 120 et 800 millions de dollars. Il souhaite avant toute chose pourvoir à l’éducation de son neveu qui n’a encore que 10 ans. A sa mort, la totalité de sa fortune sera répartie dans des œuvres de charité. Selon la promesse, la donation peut s’effectuer soit durant la vie soit après la mort du donateur.

Une façon comme une autre de « déshériter » ses enfants !

Retraite au Portugal et anticipation successorale : ce qu’il faut savoir !

Tour de Belém, Lisbonne

Portugal, Maroc, Thaïlande ou Maurice, ils sont nombreux ces seniors français à s’expatrier vers le soleil pour couler les jours heureux de leur retraite bien méritée. Si tous ces pays reflètent un air d’Eldorado, le Portugal reste la destination Chouchou des retraités français. Mais qu’en est-il des formalités administratives et surtout des dispositions à connaître en matière de succession. C’est une évidence : un retraité expatrié a de fortes chances de terminer ses jours dans son pays d’accueil.

Continuer la lecture

Que se passe-t-il lorsque l’on refuse de payer ses droits de succession ?

La question peut paraître bête ! Tout le monde se doute forcément que ne pas payer ses frais de succession peut engendrer de petits problèmes relationnels avec le Trésor Public ! Mais entre s’en douter et intégrer la réalité du problème, il y a un très grand pas. Voici une chronique qui peut vous aider à remettre quelques idées en place, au cas où vous auriez envie de penser que vous pouvez passer facilement à travers les mailles du filet !

Continuer la lecture

Refuser une succession : ce qu’il faut savoir

Enseigne de notaire

En matière de succession, le ou les héritiers ont le choix : accepter ou refuser. On parle souvent de succession avec cette logique d’acceptation, mais qu’en est-il de la renonciation ? Qui va gérer la succession si il n’y a plus d’héritiers ? Que deviennent les biens refusés ?
Autant de questions qu’il faut peut-être se poser avant d’envisager un refus ou une acceptation toujours dans une même démarche d’anticipation successorale.

Continuer la lecture