Choupette, l’héritière star de Karl Lagerfeld

Avec la disparition de Karl Lagerfeld, le grand public a découvert l’existence de Choupette. Cette adorable Sacrée de Birmanie partageait sa vie depuis presque une dizaine d’année.
Cette chatte était de toutes les photos, de tous les défilés. Karl Lagerfeld le déclarait lui même sur le Divan de Marc Olivier Fogiel en 2015 : lorsqu’il ne sera plus de ce monde, Choupette héritera d’une fortune conséquente.
Une histoire attendrissante et un peu insolite au regard du droit successoral français. En effet, il est impossible en France de transmettre ses biens et sa fortune à son animal de compagnie.

Choupette, un animal de compagnie pas comme les autres.

“Elle a sa propre petite fortune, c’est une héritière : s’il m’arrive quelque chose, la personne qui s’en occupera ne sera pas dans la misère”.
Dans le Divan, l’émission de Marc Olivier Fogiel diffusée en 2015, Karl Lagerfeld parlait avec sensibilité et émotion de Choupette. Choupette est une chatte Sacrée de Birmanie qu’il avait un peu adopté par hasard. Baptiste Giabiconi, mannequin et ami de Karl Lagerfeld était le propriétaire initial de Choupette. En 2011 il décide de la confier à l’une des domestiques du grand couturier pour qu’elle s’en occupe pendant l’un de ses déplacements. Le mannequin n’étant jamais venu chercher Choupette, c’est tout naturellement qu’elle a trouve résidence auprès de Karl Lagerfeld.

C’est en 2012 que Choupette plonge tête baissée dans l’univers des réseaux sociaux avec quelques apparitions sur Twitter. Cinq ans plus tard, elle comptabilise plus de 297 000 followers sur Instagram et presque 53 000 sur Twitter.
Choupette est une véritable star des magazines de mode. Karl Lagerfeld s’en inspire pour plusieurs collections. Il éprouve une véritable passion pour le félin et n’hésite pas à la partager avec tous ses fans. L’argent amassé par Choupette est placé et lui revient de droit, il l’explique régulièrement aux médias « Choupette est une fille riche ! »

Choupette va-t-elle hériter de Karl Lagerfeld ?

Les jours suivants la disparition du Kaiser, une actualité occupe le devant de la scène dans le monde de la mode : que va-t-il se passer pour Choupette ? Va-t-elle hériter de la fortune de son « Daddy », comment est-ce possible ?

C’est une thématique qui revient quelquefois dans l’actualité française : est- il possible de faire hériter son animal de compagnie ?
La loi française ne considère pas les animaux comme des personnes mais comme des biens, et ce malgré leur récente qualification d’ «êtres doués de sensibilité». En France, il est donc impossible de léguer sa fortune ou ses biens à son animal de compagnie.

En revanche, il est possible d’effectuer un « legs avec charge ». Il s’agit de désigner un héritier qui devra appliquer à la lettre certaines dispositions précisées dans le testament. On peut imaginer que l’une de ces dispositions serait de prendre soin de Choupette et de veiller à ce qu’elle ne manque de rien jusqu’à sa disparition. Les conditions énumérées dans le testament pourraient être d’utiliser pour son confort les sommes qui lui ont été versées au titre de ses prestations visuelles. Ces sommes sont issues de l’utilisation de son image dans les médias de la mode, source d’inspiration pour les nouvelles collections.

En 2012, Karl Lagerfeld crée un sac à son nom. Le sac a été présenté au défilé Chanel Haute Couture Automne-Hiver 2012/2013.

Faire hériter son animal de compagnie, c’est possible ailleurs qu’en France …

Si vous êtes par exemple de nationalité allemande.
On se souvient tous du cas de plusieurs animaux ayant hérité de leur richissimes propriétaires. L’un des plus emblématiques est celui de Gunther IV, un berger allemand.
Gunter IV est le chien le plus riche du monde ! Sa propriétaire, la Comtesse allemande Carlotta Liebenstein a légué 124 millions de dollars à son père, Gunther III. La fortune du toutou, considéré comme l’héritier de son père, est aujourd’hui estimée à 372 millions de dollars.

Richissimes, de chiens en chiots !

Sophie Farrugia

Rédactrice Web Freelance

De formation littéraire, Sophie a travaillé durant une quinzaine d’année au sein de l’événementiel et de la télévision. Une reprise d'études en 2010 en licence de psychologie lui donne envie de créer sa structure de rédactrice indépendante pour plusieurs plateformes. Elle est chroniqueuse sur des sites comme AlloLeCiel, Scribium (exSuite 101) ou le blog de Testamento.
Sophie Farrugia