Retrouver ses ancêtres, un passe temps partagé par de nombreux français

Retrouver ses ancêtres - Arbre généalogique

Retrouver ses ancêtres – Arbre généalogique

« Les vivants ne peuvent rien apprendre aux morts ; les morts, au contraire, instruisent les vivants ».
François René de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe.

Cette citation prend tout son sens lorsque l’on cherche à retrouver ses ancêtres. Alors qu’on pourrait penser cette activité passée de mode, la démocratisation de l’internet et la multiplication de sites et services proposant d’établir un arbre généalogique ou encore d’aider à rechercher des ancêtres, ont changés la donne. A tel point que 61% des Français s’y sont déjà essayés.  Retour sur un passe-temps avec des passionnés plus jeunes que l’on pourrait le penser.

Retrouver ses ancêtres : un passe-temps de vieux ?

On aurait cru ce passe-temps réservé à une catégorie vieillissante de la population française. Faut-il être forcément retraité pour se pencher sur la recherche de ses ancêtres ? Non, la généalogie est un passe temps 2.0 et partagé par 61% des français dont les deux tiers ont moins de 35 ans.

Retrouver ses ancêtres : un loisir qui peut très vite se transformer en passion.

Au départ, on s’interroge de la façon la plus basique qui soit. « Qui étaient nos ancêtres, où vivaient-ils ? Ont–il vécu des périodes exaltantes de l’histoire de France ? ».
Et puis un jour, au beau milieu d’un déménagement, au détour de quatre vieux cartons triés, on tombe sur des papiers, des livrets de famille oubliés, des carnets jaunis à l’encre de chine avec des prénoms désuets. On se rend compte qu’il est déjà possible de remonter à trois générations.
Pourquoi ne pas poursuivre un peu plus loin l’investigation ?

Retrouver ses ancêtres, les bonnes raisons !

comment retrouver ses ancêtres

comment retrouver ses ancêtres

La généalogie est désormais une passion pour de nombreuses familles qui investissent les sites de recherches sur internet mais aussi se déplacent régulièrement aux archives départementales, dans les mairies ou les cimetières qui offrent des mines d’or de renseignements aux héritiers. Rechercher ses ancêtres peut être le fruit de nombreuses réflexions personnelles mais également d’un coup de tête, à la suite d’un événement de vie, un morceau de passé resurgit, un secret de famille révélé, et arrive alors l’envie d’en savoir un peu plus sur ses origines.

Mais on peut noter un florilège de motivations toutes aussi différentes les unes des autres :

    • Retrouver l’origine de son patronyme ;
    • Envisager l’organisation d’une « cousinade », sorte de grand rassemblement de personnes qui ont en commun plusieurs ancêtres sur un bon nombre de générations, sans qu’elles se connaissent directement. Une occasion parfaite pour faire connaissance avec sa famille élargie ;
    • Elargir sa vie sociale en intégrant des associations de passionnés de généalogie ;
    • Percer les secrets de famille, tordre le cou aux idées reçues depuis l’enfance sur l’oncle, l’arrière tante ou le remariage du cousin éloigné ;
    • Honorer la mémoire d’un proche ou de sa famille disparue ;
    • Se trouver une nouvelle passion dans l’investigation historique de notre société à travers son arbre généalogique ;
    • Entamer un travail de psycho-généalogie ;
    • Étendre ce passe-temps dans le cercle familial, partager avec ses enfants adolescents l’envie d’en savoir plus, les intéresser et les faire participer aux recherches des ancêtres, recréer un lien familial qui a tendance à s’étioler avec les nouvelles technologies.

De quels outils dispose-t-on pour rechercher un ancêtre ?

Rechercher ses ancêtres

Rechercher ses ancêtres

C’est ce qui fait certainement l’engouement de ces 61% de français : la facilité déconcertante pour entamer son arbre généalogique. Avec l’arrivée du numérique dans les foyers et la mise en ligne des actes de naissance, il devient aisé d’avoir accès à tout un tas de documents en ayant à sa portée un simple ordinateur, une connexion internet et un peu de temps.

Avant, il fallait se déplacer dans les mairies, solliciter les agents de l’Etat Civil pour la consultation d’archives, organiser ses recherches en fonction des horaires d’ouverture et quelquefois, celles-ci se voyaient limitées par la distance kilométrique : pas simple en effet de se déplacer dans une ville à une centaine de kilomètres.

Désormais, une bonne partie des documents nécessaires à la constitution de son arbre généalogique est consultable par le biais des archives départementales. Il suffit simplement de taper dans un moteur de recherche «archives départementales» suivi du numéro du département concerné. Pour les personnes dont les aïeuls sont nés dans d’anciennes colonies ou sur un territoire ou département d’Outre Mer, un portail de recherche est mis directement à leur disposition sur http://anom.archivesnationales.culture.gouv.fr/.

D’autres outils de généalogie sont proposés sur le net et très accessibles à des personnes n’ayant pas forcément une connaissance poussée en informatique. Certains sont en accès gratuit, d’autre exigent une cotisation annuelle dont le montant reste relativement correct. Certaines mairies proposent une consultation facile et gratuite de leurs archives.

Enfin, il convient de bien distinguer deux types de site concernant la généalogie :

  1. Le site internet qui permet de télécharger un logiciel afin de créer un arbre généalogique d’un point de vue numérique grâce aux informations que vous lui remettrez : c’est la version 2015 de la frise papier qui n’en finit pas de s’allonger !
  2. Le site internet qui permet de retrouver ses ancêtres en fournissant des numérisations d’actes de naissance originaux, actes de décès, de mariage … C’est le cas des archives départementales citées plus haut.

Ils ont recherché leurs ancêtres : témoignages

Rechercher ses ancêtres - livret de famille

Rechercher ses ancêtres – livret de famille

Maxime a 26 ans et vit en Région Parisienne. Originaire des Antilles et passionné d’histoire, il s’est lancé dans l’aventure de la généalogie, non sans un certain plaisir car pour lui, retrouver ses ancêtres, c’était comme «refaire l’histoire».

« J ‘ai toujours été fasciné par le principe de lignée, notamment dans les livres, j’en ai lu pas mal et dans les biographies, beaucoup commençaient par un lignage de la personne concernée par l’ouvrage. Un jour je me suis dit « pourquoi ne pas faire le mien ? ».  Au-delà de cette fascination sur les origines, c’est quelque chose qui m’a toujours profondément intéressé, l’histoire avec un grand H et l’histoire des familles.

Pour mes recherches généalogiques, je me suis bien évidemment dirigé vers les mairies de naissance de mes ancêtres, jusqu’à une certaine période. Les actes datant de plus de 100 ans peuvent être retrouvés dans les archives départementales, mais aussi dans les archives d’outre-mer (pour moi qui suis antillais)  sur Paris (11, rue des quatre fils dans le 3ème arrondissement) sous forme de micro-film. Sur internet, il suffit de se diriger sur le site anom.fr pour les archives d’outre-mer. Bien sûr, il est possible de faire appel à la famille, notamment les personnes âgées qui ont bien souvent des documents chez eux datant de très longtemps. C’est l’occasion d’entendre des histoires d’un autre temps et de refaire l’histoire.

J’espère remonter ma lignée aussi loin que possible, certains actes sont très abimés, d’autres introuvables, mais la plus grande partie est en bon état. Le fait de ne pas pouvoir trouver certains actes occasionne quelques blancs dans mon arbre mais cela laisse la possibilité de refaire l’histoire et un peu de liberté ».

Jérémie, lui, a presque 31 ans désormais, mais le virus « généalogie » l’a contaminé alors qu’il entrait dans l’âge adulte, vers sa 23ème année. Il vit dans le Sud de la France mais la quasi-totalité de sa famille est localisée en Bretagne ou dans le Nord Pas de Calais.
C’est au moment de retrouvailles avec sa famille paternelle et quelques aïeuls qu’il s’est mis à les questionner sur l’histoire familiale.

« Ma principale motivation fut la recherche de mes racines, et à travers elles, la volonté de retrouver une part de mon identité et de celle de ma famille. J’ai souhaité savoir d’où venaient mes ancêtres, ce qu’ils faisaient, leurs conditions de vies, le contexte socioculturel de leur époque, ce qui, à travers les âges, avait pu façonner une part de mon héritage culturel. J’aimerais pouvoir léguer cet arbre généalogique à ma descendance, et offrir aux générations futures cette connaissance de leurs origines et de l’histoire de notre famille.
J’ai commencé en interrogeant mes grands-parents sur leurs origines, en recueillant le plus de détails possible : lien de parenté, mariages, professions, localité. Grâce à ces informations, je me suis plongé dans les registres d’Etat Civil en ligne sur le site web du département, permettant ainsi de remonter jusqu’à la Révolution Française. Sont ensuite venus la consultation des Registres Paroissiaux.
Cette démarche d’amateur n’est qu’un début et j’espère bien pouvoir creuser au-delà du XVIIIe siècle. Je ne suis pas pressé et je prends le temps dans mes recherches, le temps de trouver de nouvelles sources d’informations, de compléter celles déjà obtenues et de remonter aussi loin que possible pour percevoir une infime part de ce que ma famille à vécu, à traversé et à transmis ».

La généalogie a de beaux jours devant elle, la relève est assurée !

Sophie

Rédactrice Web Freelance

De formation littéraire, Sophie a travaillé durant une quinzaine d’année au sein de l’événementiel et de la télévision. Une reprise d'études en 2010 en licence de psychologie lui donne envie de créer sa structure de rédactrice indépendante pour plusieurs plateformes. Elle est chroniqueuse sur des sites comme AlloLeCiel, Scribium (exSuite 101) ou le blog de Testamento.