Les français et l’assurance en ligne : l’intérêt des français pour l’assurance en ligne

assurance en ligne

assurance en ligne

Assurance en ligne : le commerce électronique, l’avenir pour les assureurs

A l’aube du XXIème siècle, internet a connu une croissance exponentielle. Rapidement, nombreuses ont été les sociétés de toute forme, compagnies d’assurances, mutuelle à rapidement comprendre l’enjeu du commerce électronique.

Et pour cause, le 12 février 2014, une étude mondiale d’Accenture sur la consommation de produits d’assurance réalisée en juillet 2013 démontre que près d’un quart des assurés pourraient se tourner vers Google ou Amazon pour acheter des produits d’assurance.

L’étude a été réalisée sur un échantillon de 6 135 titulaires de police d’assurance vie et/ou automobile et d’habitation de 11 pays différents. Parmi ces 6 135 assurés, 1 012 étaient originaires des Etats-unis, 520 d’Italie, 516 du Brésil, 512 du Japon, 511 du Royaume-Uni, de France, d’Espagne, du Canada et d’Afrique du Sud, et 510 d’Allemagne et de Chine. Dans tous ces pays confondus, 67% des assurés déclarent être prêts à faire appel aux services d’un assureur non conventionnel et 23% de ces mêmes assurés disent être prêts à se tourner des fournisseurs de services en ligne comme Google et Amazon.

En France, 56% des assurés son plutôt disposés à s’assurer auprès des établissements bancaires contre 8% seulement auprès de fournisseur en ligne en France et 23% tous pays confondus. L’essor d’internet bouscule la concurrence dans le domaine de l’assurance comme l’explique Jean-François Gasc, Directeur de l’activité de conseil dans le secteur de l’assurance pour Accenture Europe : « La concurrence dans le secteur de l’assurance pourrait rapidement s’intensifier sous la pression des consommateurs aujourd’hui plus ouverts aux propositions non seulement de concurrents traditionnels comme les banques, mais également de poids lourds de l’Internet (…). « Globalement, il existe un risque significatif de voir les consommateurs se détourner des acteurs historiques, et nous estimons à pas moins de 400 milliards de dollars le montant des primes d’assurance susceptible de changer de mains au cours des 12 prochains mois. Ce risque est élevé dans les pays occidentaux, mais il l’est encore davantage dans les économies émergentes comme la Chine et le Brésil, avec des assurés encore plus enclins à la volatilité. »

Simplicité, rapidité, accessibilité : l’assurance en ligne semble séduisante

Pour exemple, le rapport de PwC sur l’assurance intitulé «Forcing the pace : The fast way to becoming a digital front-runner» révèle que les assurés à faible revenu appelés les «digital natives» et la génération Y utilisent de plus en plus Internet et les réseaux sociaux pour comparer et acheter, notamment en matière de produits d’assurance.

Selon PwC, seuls 15 % des consommateurs français interrogés ont souscrit une assurance-vie en ligne. Mais l’important est que 90 % des 25-34 ans s’y intéressent, contre 60 % aux Etats-Unis. D’après Ronald Sloukgi, associé chez PwC : «La jeune génération ne se sent pas concernée par l’assurance-vie, qu’elle considère comme un service inabordable. Même son de cloche chez les ménages à faible revenu. Le numérique permet aux assureurs de mieux connaître ces clients potentiels, de savoir comment les aborder et d’étoffer ainsi leur marché.»

Toujours d’après le rapport de PwC, la disponibilité qu’offre le commerce d’assurance en ligne serait l’une des raisons pour lesquelles ces produits en ligne connaissent un renouveau. La simplicité et l’accessibilité jouent également beaucoup dans la balance, mais aussi le rapport qualité-prix.

Surtout, ces produits d’assurance en ligne permettent aux assureurs, courtiers, agents commerciaux de mieux connaître la clientèle et de cibler leurs besoins.

Laurie

Laurie

Juriste stagiaire

Diplômée d'une maîtrise de droit privé général, Laurie se spécialise dans le domaine du droit des contrats.
Laurie